Depuis que Benoit Serres m’a conseillé de lire “Spark – How Exercise Will Improve The Performance Of Your Brain” j’ai converti ce livre un peu dense en démonstrations scientifiques, en livre de chevet.

Il y a tant de choses à apprendre concernant l’impact du sport sur notre cerveau – et les études dignes de confiance sur ce thème sont rares – que je m’endors avec, chaque soir…

Voici un résumé d’introduction de ce livre jaune… qui est, je pense, une référence sur le sujet.

Si l’exercice physique était disponible en pilule (…) ce serait le médicament du siècle

Bougez ! Car l’inactivité tue le cerveau

Dans nos sociétés modernes, les critères de réussite sont bien trop souvent associés à des signes extérieurs de richesse comme la taille de notre compte en banque ou notre rang social – laissant la santé physique et mentale de côté.

Il est vrai  qu’aujourd’hui nous n’avons plus à chasser pour vivre ni à défendre notre position en affrontant physiquement le mâle dominant, alors pourquoi faire couler la sueur inutilement ?

L’activité physique est devenue tellement « optionnelle » qu’on justifie parfois l’inaction en s’inventant un personnage: “je suis plutôt un intellectuel, le sport c’est pas trop mon truc…”

Mais il faut bien comprendre que faire de l’exercice est essentiel, même pour ceux qui se décrivent comme intellectuels et pour qui suer à pleines gouttes n’a aucun intérêt.

La raison est très simple : Si vous ne faites pas de sport pour votre santé physique, faites le pour votre santé mentale, car, je cite “l’inactivité tue notre cerveau”.

Le sport influe sur l’humeur, la capacité d’apprentissage, le stress, l’hyperactivité et le vieillissement.

Dans une série d’articles, je vais tenter de vous expliquer comment l’activité physique influe sur notre capacité d’apprentissage, notre humeur, notre stress, l’hyperactivité et le vieillissement.

Tout démontrer dans cet article serait simplement impossible, tant le contenu de Spark est riche et documenté, mais j’aimerais vous convaincre de l’importance du sport sur notre santé mentale et vous donner envie de lire les prochains articles de cette série.

Ainsi, même si vous êtes un intellectuel, un travailleur acharné, ou que vous couriez après l’argent ou l’ascension sociale, faire du sport n’est pas une option pour vous – si vous ne le faites pas pour avoir la classe sur la plage ou pour avoir un corps agile, en pleine santé, faites-le pour votre cerveau.

Par exemple, un niveau de stress trop élevé érode les connexions entre les cellules nerveuses et la dépression diminue certaines parties du cerveau (…) Le sport libère une cascade de particules neurochimiques qui peuvent renverser ce processus”

Le cerveau répond comme un muscle le fait, il croit avec l’activité et diminue avec l’inactivité (…) Les neurones sont connectés les unes aux autres avec des sortes de branches, et l’exercice physique fait grandir et renforce ces branches avec de nouveaux bourgeons, améliorant le fonctionnement du cerveau au niveau le plus profond”.

Nous commençons à peine à comprendre que l’activité physique sécrète des protéines (hormones) qui vont ensuite être utilisées par le cerveau (IGF-1, VEGF) et les premiers résultats sur le sujet sont impressionnants (plus de détails dans les prochains articles).

L’auteur continue en disant : “Faire une activité physique retire la culpabilité de l’équation; et nous savons qu’il y a une réponse biologique pour certains états émotionnels. En plus, cela apporte un une sensation de confiance et d’espoir car on prend conscience que l’on peut influencer notre biologie interne.

Des études ont montré que l’exercice physique est le meilleur traitement contre la dépression et que “si l’exercice physique était disponible en pilule (…) ce serait le médicament du siècle.

Pour étayer le fait que le sport impacte le cerveau, voici une étude réalisée dans une école aux États-Unis ou seulement 3% des étudiants étaient en surpoids (contre 30% dans le reste du pays). Vous allez voir, les résultats parlent d’eux même.

Étude de cas : l’impact du sport dans les écoles sur les performances scolaires et la discipline

Dans l’école de Napierville en Illinois, une étude a été faite pour déterminer si faire de l’exercice avant d’aller en classe permettait de booster les résultats scolaires des étudiants.

Quand je dis activité physique, je ne parle pas de course à pied a intensité modérée, mais plutôt d’une séance intense à 80 – 90% de la fréquence cardiaque maximale (plus ou moins la vitesse maximale que l’on puisse conserver pendant 10 min).

Une étudiante a qui on a demandé comment elle percevait cette expérience répond : ”Je pense que je le vis bien (…) Mis à part que je dois me lever tôt, faire un effort et dégouliner de sueur… Je suis plus éveillée durant la journée. J’étais tout le temps fatiguée l’année dernière.”

Cette étudiante a progressé de 17% en lecture et compréhension contre 10.7% pour ces collègues qui n’ont pas choisi de se lever le matin pour faire du sport.

Le but de cette expérience est vraiment de montrer aux étudiants l’importance de faire du sport, et cette leçon peut leur servir leur vie entière – ce peut être le facteur qui va faire qu’ils vont enfiler leurs baskets au lieu de se poser devant la télévision le samedi matin quand ils seront dans la vie active.

Mais ce sont les résultats d’un test de connaissance – le test mondial de science et de mathématiques (TIMSS) – qui ont vraiment fait office de marqueur de l’efficacité d’une pratique sportive sur les capacités mentales : Si on fait une moyenne de tous les résultats au niveau national, les États-Unis ont terminé 18e en science et 19e en mathématiques derrière Singapour, la Corée, Taiwan et bien d’autres.
Mais l’école de Naperville, elle, a obtenu la 1re place mondiale en science et la 6e en mathématiques ! Incroyable!

Une autre étude montre que remplacer les cours de sport par davantage de cours maths, de sciences et de lecture n’améliore aucunement les résultats dans ces matières comme on aurait pu s’y attendre.

L’activité physique agirait donc favorablement sur les résultats scolaires, sur la mémoire, la concentration, et le comportement en classe.

Certaines écoles observer une baisse de l’ordre de 67% des problèmes de discipline en ajoutant des des cours d’activité physique et sportive dans leurs programmes.

Dans l’une d’entre elles, le nombre d’incidents violents est passé de 228 à 95 par an suite la modification de des emplois du temps: Ils sont passés de 45 minutes de sport par semaine à 45 minutes par jour.

Les deux paramètres les plus importants pour booster les performances à l’école seraient l’indice de masse graisseuse et la capacité aérobie (capacité à fournir un effort prolongé). Qui l’eut cru? “Ce sont les deux facteurs les plus significatifs. C’était une telle surprise, d’autant plus que c’était flagrant”.

Concernant la stabilité émotionnelle : Une expérience fait ressortir le fait chez les étudiants en meilleure forme, une capacité plus importante à garder leur sang-froid et à rester concentré après avoir fait une erreur à un exercice de rapidité et de concentration. Ce qui leur permet d’effectuer le mouvement suivant correctement. Tandis que les étudiants les moins sportifs avaient tendance à enchainer les mauvaises réponses sous la pression…

Qu’en pensez-vous ?

Cet article a simplement pour vocation vous faire prendre conscience l’importance d’une activité physique.

Que vous soyez geek, PDG d’une grande boite, entrepreneurs pressés, étudiant… le sport à bien d’autres rôles à jouer que le simple fait de vous faire perdre du poids ou de vous faire ressembler à Tyler Durden2.

Prendre le temps de faire du sport ne vous en fera jamais perdre… vous allez même finir par en gagner! Tant sa pratique apporte de bénéfices… Une fois que vous avez compris cela, prendre soin de soi devient un investissement sur le long terme. Je ne parle même pas de son impact sur la santé, le bien-être…

Il est temps de corriger cette phrase.. on ne dit pas : “Je n’ai pas le temps de faire du sport, car je travaille trop…” mais “Il faut que je fasse du sport, car j’ai énormément de travail et j’aimerais être plus productif !”

Si tu l’as fait, bravo! Laisse un commentaire pour motiver les autres!

À bientôt

Joseph

(2) La référence de beaucoup de personnes qui se mettent au sport dans un but d’apparence physique
L’unique source de cet article est le livre le livre « Spark – How exercice will improve the performance of your brain » de Dr John J. Ratey et Eric Hagerman.
John Ratey est professeur agrégé de clinique de psychiatrie à la Harvard Medical School et expert en neuropsychiatrie. Le docteur Ratey et le docteur Hagerman ont commencé à étudier ce sujet en 1980 et ils ont écrit plusieurs ouvrages sur le sujet, dont des best-sellers. Tous les ans depuis 1998, le docteur Ratey a été sélectionné par ses confrères comme un des meilleurs docteur en Amérique.