Je fais de la musculation, il me faut le plein de protéines : 4 oeufs au petit déjeuner, un demi-poulet à midi et un gros steak le soir.
Et voilà, mes besoins sont couverts. C’est parti pour un développement musculaire fulgurant !

Croyez-vous?

Pas vraiment…et voici pourquoi.

1 – Les sources de protéines doivent être variées

Pour avoir un apport optimum en protéine, il est bon de varier les protéines végétales et animales à hauteur de 50% de chaque.
Nous avons la fâcheuse tendance de consommer davantage de protéines animales, car plus faciles à préparer et plus riches en protéines, mais voici une liste d’aliments riche en protéines végétales pour rééquilibrer vos apports :

  • Les légumineuses : les lentilles, les haricots rouges et blanc, les fèves, les pois chiches, les poids cassés…
  • Le soja : Le tofu de préférence lactofermenté ainsi que le tempeh.
  • Les céréales : le riz complet, les pâtes de blé complètes, l’épautre, le sarrasin, le quinoa, le millet…
  • Les noix et graines : les amandes, les noix, les cacahuètes, les noisettes, les graines de chanvre, de courge ou de chia.
  • Les algues comme la spiruline.

Source et article en relation : Les 15 aliments les plus riches en protéines végétales

2 – L’excès de protéines animales est dangereux pour la santé

Premièrement, l’excès de protéines animales génère un dépôt d’acide urique dans les articulations, ce qui est un des principaux facteurs d’inflammation articulaire : arthrite, arthrose, goutte, rhumatismes …

Deuxièmement, les protéines animales sont acidifiantes et vont dérégler la balance acido-basique de l’organisme. Le corps va chercher à rétablir cet équilibre à tout prix en puisant dans ses réserves de minéraux alcalins disponibles via l’alimentation. Si ceux-ci sont insuffisants, il ne va hésiter à puiser dans ses réserves de minéraux internes comme les os, les dents, les cartilages.

Question de vie ou de mort !

Voici pourquoi on parle sans arrêt de déminéralisation quand on évoque le sujet délicat de l’équilibre acido-basique. Pour maintenir cet équilibre, il est impératif de consommer suffisamment de fruits, de légumes, et de céréales complètes.

Troisièmement, les viandes et plus particulièrement les viandes rouges vont favoriser l’apparition de tendinites. L’acidification de l’organisme et la grande quantité de toxines générée par les protéines animales (notamment dans les viandes premier prix) empêchent le corps de se nettoyer comme il devrait le faire. Et des dépôts vont alors se solidifier sur les tendons favorisant l’apparition de tendinites.
Il est ainsi grandement conseillé de consommer de la viande biologique comme le montre l’article « 5 bonnes raisons de manger Bio » pour éviter l’accumulation de toxines non désirables liées notamment à la prise d’antibiotique des animaux, et aux conservateurs présents dans la viande bon marché.

Source et article en relation : La tendinite du sportif

3 – L’élevage crée autant de gaz à effet de serre que tous les transports réunis

elevage intensif bovinFaire le concours du plus gros mangeur de viande ne va donc pas vous aider dans votre quête de prise de masse et va encore moins aider la planète dans sa quête de développement durable.

Voici pourquoi en quelques chiffres :

  • L’élevage est responsable de 14.5% des émissions des gaz à effets de serre, ce qui est pratiquement équivalent au secteur des transports (14%).
  • La production d’un kilo de viande de boeuf nécessite 15 500 litres d’eau contre 131 litres pour un kilo de carotte.
  • 70% des terres agricoles dans le monde sont destinées à nourrir les animaux, et ces mêmes terres agricoles sont largement responsables de la déforestation.
  • En France, 83% des 800 millions de poulets élevés chaque année ne voient jamais la lumière du jour.

Source et articles en relation : 4 minutes pour comprendre le vrai poids de la viande sur l’environnement. L’élevage accentue l’effet de serre et la déforestation. Climat : l’agriculture est la source d’un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Allez, un petit geste pour votre corps, pour la planète et pour les animaux. Une consommation raisonnée de protéines suffit, et cela même pendant un programme de prise de masse musculaire.
Généralement un apport entre 1g et 1,5g par Kg (de poids du corps) est optimum et cet apport doit provenir des protéines végétales comme des protéines animales. Les aliments riches en protéines sont variés, alors profitez-en et régalez-vous.

A bientôt

Joseph

Sleevup !