Une petite question pas vraiment existentielle, mais vraiment très amusante ! Les super héros existent-ils vraiment ?

Faisons notre petite enquête…

Qui sont ces personnes avec des capacités physiques incroyables, un mental à toute épreuve, une conviction de sauver le monde, avec ou sans masque ?

Le but n’est pas de donner un avis sur leurs pratiques où de les juger, mais de découvrir quelles sont les caractéristiques de ces élites, faisant les métiers les plus extrêmes.

Etudions la crème de la crème des super héros : Les justiciers masqués et les soldats du feu.

Le RAID (Recherche, assistance, intervention, dissuasion) / GIGN (Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale)

Description: Unité d’élite de la police nationale française et de la gendarmerie nationale. 550 guerriers sur-entrainés à relever les défis qui se dressent sur leur chemin.
Ils sont l’ultime recours, ce qu’ils font, personne d’autre ne peut le faire.
Ils sont là pour assurer la lutte contre toutes les formes de grand banditisme. Leur rôle est d’agir en situation de crise, de négocier les prises d’otages, de lutter contre le terrorisme, de mener des opérations de filature, d’observation et de renseignement.

Leur devise: Servir sans faillir.

Entrainement: L’entrainement physique, mental et technique fait parti de leur quotidien. Ils doivent développer leur condition physique, leur force mentale, leur précision au tir, le combat et bien d’autres compétences pour accomplir leurs missions.
Cependant, comme l’explique cette vidéo, ce ne sont pas les plus costauds qui sont les meilleures recrues, mais plutôt ceux qui ont la plus grande force mentale et qui sont capables de prendre les bonnes décisions dans des circonstances extrêmement stressantes.

Comment intègre t-on le GIGN ?

1ere étape : Avoir plus de 32 ans et avoir fait 5 années dans la gendarmerie nationale.

Ensuite, il faut réussir les épreuves d’admission :

  • Parcours du combattant avec : rappel, monté sur les toits des bâtiments, montées aux gouttières, test de résistance aux gaz lacrymogènes, affrontement avec un chien (en tenue matelassée), combat de boxe pendant 2 minutes…
  • Des épreuves de résistance : abdominaux, pompes, tractions, montée à la corde…
  • Des épreuves de natation : 100 mtr nage libre, 50 mtr en apné, 50 mtr pieds et mains liés, saut d’un plongeoir à 10 mtr de haut…
  • Des épreuves d’endurance : 8 km en moins de 60 min, en habit de combat.
  • Des épreuves de tirs : tir au fusil à 200 mtr et au pistolet automatique à 15 mtr.
  • Des épreuves de courage : saut de corde d’un viaduc (éliminatoire).
  • Des épreuves psychologiques et des entretiens devant les cadres et membres de l’unité.

Seuls les meilleurs sont retenus pour ensuite intégrer les entrainements délivrant à terme le brevet des GIGN.

La prochaine étape dans le processus de recrutement : Un stage de 6 à 8 semaines où la future recrue va devoir réapprendre les bases depuis le début (condition physique, combat, tir, escalade…).

Quatrième étape : Un stage de 6 à 9 mois où il va apprendre la neutralisation d’individus, la lutte anti-terroriste, la filature…pour enfin recevoir son brevet du GIGN.

Une fois admis dans les rangs des troupes d’élite, les membres du GIGN s’entrainent quotidiennement plusieurs heures par jour tant aux exercices physiques, qu’aux sports de combat, qu’au tir, car comme le dit le site gign.org : « lors d’une intervention, il n’y a ni règles, ni arbitre. Les limites sont fixées par le gendarme en fonction du danger que représente l’adversaire ».

Source et articles en relation: Entrainement du raid ; Les superflics du RAID ; GIGN.org : le recrutement au GIGN ; L’entrainement.

US Navy SEAL (Acronyme de Sea, Air, Land)

Description: Les Navy SEALS sont la principale force spéciale de la marine de guerre des États-Unis (US Navy). Ils sont environ 2500 élites prêts à répondre à toutes les situations : reconnaissance spéciale, prise d’otages, contre-terrorisme…

Leur devise: La seule journée facile était hier.

Leurs valeurs: Excellence, attitude, savoir, discipline, persévérance, adaptabilité.

Entrainement et sélection: Le test de sélection parait faisable, mais l’entrainement l’est beaucoup moins. Vous allez vous en rendre compte dans la vidéo ci-dessous !

Voici les critères du test de sélection :

Selection test navy seal

Ce test pourrait faire un entrainement sympa et une bonne vidéo (si on y arrive !!!), qu’en pensez-vous ?

L’ex top model Lauren Berlingeri va vous donner un bon aperçu des entrainements. Noyée au milieu de tous ces hommes aux gros bras, elle montre parfaitement le fait que le mental joue un rôle énorme dans la réalisation d’un tel effort.
J’étais à la médiathèque hier, et je suis tombé sur une citation de Klein E. qui résume bien ce point :

« Ce que peut ton corps, ce n’est pas qu’il peut en tant que corps, c’est ce que tu peux toi. »

Les sapeurs-pompiers

Source : http://toutlecine.challenges.fr/film/0001/00017342-photos-piege-de-feu.html

Description: Les sapeurs-pompiers sont formés pour lutter contre l’incendie, pour intervenir en cas d’inondation, de sauvetages, d’accidents et bien d’autres. Leurs équipes de professionnels et de volontaires (78% des effectifs) doivent pouvoir intervenir 24h/24, 7j/7.
Ils font en général partie de la fonction publique excepté pour la brigade des sapeurs-pompiers de Paris et le bataillon de marins-pompiers de Marseille pour un total de 246 000 soldats du feu.

Leur devise: La devise des sapeurs-pompiers est « Courage et dévouement » et celle des sapeurs-pompiers de Paris est un peu plus extrême : « Sauver ou périr ». Je me demande si cette dernière est toujours d’actualité ? J’espère que non, car je pense qu’un pompier pourra sauver beaucoup plus de personnes s’il se meintient en vie. Non ?

Entrainement: Quand on creuse un peu du côté de la déontologie des sapeurs-pompiers, on tombe sur des textes écrits vers 1930 qui mentionnent que « le sapeur se doit de fortifier son corps et se garder de tout ce qui pourrait nuire à sa santé ». Ils ont des devoirs envers les autres, mais aussi envers lui même. On peut lire sur le site pompier.fr que le sapeur « se doit de développer son instruction générale, d’étendre ses connaissances » et de développer sa condition physique pour exercer son métier correctement.

Pour passer les tests d’aptitude physique, un sapeur-pompier masculin âgé entre 18 et 29 ans devra faire par exemple (niveau standard) :

  • 50 mtr nage libre sans s’arrêter.
  • Test de Luc Léger et avoir une Vitesse Maximale Aérobique (VMA) d’au moins 10,5 km/h.
  • Un test de souplesse qui correspond approximativement à pouvoir poser les poings fermés au sol en étant debout, jambes tendues.
  • Faire la planche pendant 2 min minimum
  • Au moins 11 pompes
  • Au moins 15 tractions
  • La chaise pendant 2 min minimum.

Pour les autres tranches d’âge ou pour les critères féminins, veuillez vous référer au protocole de réalisation des exercices ; Epreuves physiques et sportives.

Au cours de sa carrière, le sapeur-pompier va continuer de progresser sur le terrain, acquérir de nouvelles connaissances et perfectionner sa condition physique.
Il peut être améné à se former aux risques technologiques et naturels, au sauvetage, au secours nautique, au travail avec les animaux…. L’acquisition de ces spécialités dépend de son lieu d’affectation, de son grade et des besoins du moment.

Source et articles en relation : La déontologie des sapeurs-pompiers ; Comment devenir pompier.

Même si leurs exploits sont incroyables, il ne faut pas oublier que ces justiciers masqués et ces soldats du feu sont des personnes ordinaires (initialement).
Des personnes ordinaires qui sont prêtes à tout sacrifier pour accomplir leur mission, ce pour quoi ils ont été entrainés de si longues années : Résoudre n’importe quels conflit et situation qui se présente à eux. Des missions pas très reposantes qui demandent bien des compétences.

Voyons justement quelles sont les caractéristiques qui permettent à ces hommes ordinaires de se transformer en véritables machines, et ce, même devant les plus grands dangers ? Ces caractéristiques sont universelles à tout corps d’élite. Sans elles, rien n’est possible. Et pourtant leur développement demande un travail sans relâche !

Caractéristique 1 : Une envie de se dépasser

L’ancien boxeur et membre du RAID, Robert Paturel, le mentionne très bien :

“C’est pour ça qu’on veut faire de la boxe, c’est pour se mettre à l’épreuve (…) quand je me retrouvais derrière une porte avec une arme à la main et que j’allais chercher un mec avec un fusil, on se demande ce qu’on vient faire là. Et quand on est dans le vestiaire avant de monter sur le ring, on se pose la même question. Mais le jour où on y est pas, on a l’impression de ne pas faire partie de la fête. »

Que ce soit pour sauver le monde avec une cagoule ou pour remporter un nouveau titre, l’envie de se dépasser, d’être meilleur qu’hier est le carburant qui nous permet de continuer à avancer.

Source: Robert Paturel : RAID dingue du combat.

Caractéristique 2 : Un sens moral et éthique

On ne va pas risquer de se faire tirer dessus ou se faire bruler, juste pour montrer qu’on en est capable. Une autre dimension prend forme : Ils ont un but précis et ils savent qu’ils ont entre leurs mains la vie de plusieurs personnes. Ces élites font ce qu’ils font, car ils savent qu’ils sont les seuls à pouvoir le faire, et que leurs actions sont nécessaires.

Caractéristique 3 : Une force mentale à toute épreuve

Les hommes en noir subissent toute sorte d’épreuves pour dompter leurs peurs et s’habituer à des situations de stress. Comme le dit le commandant Jean-Michel Fauvergue :

“On n’a pas le temps de craquer, c’est un luxe qu’on ne peut pas se payer ».

La force mentale est la plus importante, car c’est elle qui va permettre de se dépasser physiquement, de vaincre la douleur, de continuer à avancer avec une balle dans la jambe tout en prenant les bonnes décisions.
Ils sont souvent poussés à bout de leurs limites lors des entrainements pour se préparer à n’importe quel scénario, anticiper leurs propres réactions et surpasser leurs peurs.

Caractéristique 4 : Une condition physique en béton

L’entrainement occupe la majeure partie du temps des soldats de l’extrême. Ils doivent pouvoir faire face à tout défi physique et c’est pourquoi leurs conditions physiques doivent être proches d’un sportif professionnel.
L’aptitude physique est obligatoire pour mener à bien leurs missions sans faillir ni périr, et pour cela, ils travaillent aussi bien leurs compétences cardiovasculaire, que leur force et leur endurance musculaire.
La pratique d’un sport extrême toute l’année est aussi un bon moyen leur permettant de dépasser leurs limites physiques et mentales. ​​

les caractéristiques des super héros

Qu’est-ce qui différencie Batman ou Spiderman de ces élites ? Pas grand-chose ! si ce n’est qu’ils n’ont pas de cape ni de toiles d’araignée qui leur sortent des poignets.
Mais le but et leur motivation sont les mêmes : Venir au secours de ceux qui en ont besoin.

Il faut tout de même se rappeler que ce sont des hommes et des femmes ordinaires, qui à force d’entrainement, ont développé une condition physique et un mental à toute épreuve. Ils ont développé ces deux outils au maximum de leurs capacités, car ils savent que ce sont leurs meilleurs atouts pour être prêts à affronter n’importe quoi, n’importe quand, sans faillir ni périr !

Alors OUI, les super-héros existent vraiment 🙂

Bien d’autres personnes mériteraient de faire partie de cette liste d’hommes extraordinaires, comme certains hommes d’État, des scientifiques, des entrepreneurs… mais le but de cet article est d’étudier ceux qui ont développé chacune des quatre caractéristiques du super-héros à un niveau d’excellence.

Joseph

Sleevup !

Ps : Laissez un petit commentaire pour me dire ce que vous pensez de cet article, d’autres dans le genre pourraient suivre si vous aimez bien celui-là !