Je ne viens pas d’une famille où le sport et la méditation sont des notions élémentaires.
Mes parents n’étaient ni des athlètes ni des moines…

L’idée de créer Sleevup a commencé à germer dans mon esprit quand je travaillais à Dubaï comme ingénieur projet ; j’avais alors des charges de travail énormes, pouvant varier de 50 à 100 heures par semaine. Il était alors hors de question d’aller faire du sport après le travail.
L’appel de la petite bière fraîche et du canapé était bien trop tentant!

Au fur et à mesure, mon niveau d’énergie diminuait, et je devenais irritable facilement. J’avais cette sensation de courir dans tous les sens, sans être vraiment efficace.
Je ne prenais plus le temps de cuisiner et la qualité de mon alimentation se dégradait ; rapidement la petite bouée en bas du ventre, jusque-là inexistante, commençait à se former.
J’avais beau dormir 20h par week-end, j’étais tout le temps fatigué, épuisé…
Un beau jour, on m’a confié des responsabilités plus importantes, des projets de plus grande échelle avec des délais, évidemment, plus courts !

Je ne pouvais pas continuer comme ça ! Ma situation n’était pas grave, mais elle n’était pas saine, et allait en s’empirant.

J’avais cette désagréable impression de rouler sur une autoroute avec une voiture presque en panne d’essence – en réserve – et à chaque fois que je passais devant une pompe à essence, je me disais : « Pas le temps de faire le plein! ».
Ça paraît tellement absurde, et pourtant ça peut arriver à tout le monde de rouler ainsi, à fond la caisse, vers la panne sèche… Sans même s’en rendre compte, trop absorbé par la tâche à accomplir.

Je me suis alors lancé dans la recherche d’une méthode me permettant d’améliorer tout ce que je souhaitais améliorer chez moi tout en s’adaptant à mon emploi du temps surchargé. Ce programme devait me permettre de reprendre ma santé en main, d’améliorer mes performances physiques, de m’aider à être plus efficace au travail et à améliorer mon bien-être en général.

Oui, c’est bien ambitieux, je le concevais, mais tellement indispensable!
Reprendre ma santé, ma vie en main, être plus productif professionnellement ; mais également améliorer ma condition physique, être plus performant dans mes loisirs comme le cyclisme ou la natation.

En somme: vivre, tout simplement. Tout vivre, pleinement!

Pendant longtemps, je pensais qu’une activité physique bien structurée et complète était tout ce qui me manquait. J’ai donc essayé différentes « méthodes » pour voir ce qui me convenait le mieux.
Je voyais de nets progrès physiques, mais il me manquait quelque chose: j’avais du mal à trouver la motivation d’aller à la gym et à dépasser mes limites, le sport me permettait de me vider la tête, mais son impact positif sur le stress, l’anxiété, l’humeur ou la concentration me paraissait trop limité.
Il était par moment même une source de culpabilité et de frustration supplémentaire lorsque je manquais d’assiduité.
Il manquait un ingrédient à ma recette, mais je ne savais pas quoi.
Et un jour, je suis tombé sur un reportage sur l’entraînement des US Navy Seals.
Un instructeur s’exprimait en ces termes : « Le cerveau est le plus puissant de tout les muscles du corps humain ».
J’ai eu comme un déclic et j’avais instantanément compris l’ingrédient qui me faisait défaut: Un entraînement mental.

Je me suis alors mis en quête d’un programme d’entrainement du corps ET de l’esprit.
Une sorte de « routine » que je pourrais pratiquer tous les jours, pour m’entretenir, me développer, me dépasser !

Après quelques vaines recherches, je me suis rendu à l’évidence qu’un tel programme n’existait simplement pas.

On peut trouver des centaines de méthodes de fitness ou de relaxation, pour la plupart, très abouties et efficaces, et pourtant aucune d’entre elles ne répondait à mon besoin.
Il me fallait une fusion de différents types d’exercices, dans des disciplines apparemment trop éloignées les unes des autres.

J’ai alors compris que la seule façon d’obtenir le programme que je désirais était de faire l’assemblage de ces différentes méthodes moi-même. Comme si ce que je cherchais n’ était disponible qu’en pièces détachées, il fallait donc que je me procure chaque composant séparément, pour en faire, ensuite, un assemblage qui me convienne, dans sa composition et dans sa forme.

J’ai commencé à me documenter sur des sujets allant de la productivité en entreprise à la pratique de techniques de respiration précises en passant par l’entraînement des Navy Seals.
J’ai effectué différents stages et expérimenté une quantité de méthodes qui me paraissaient intéressantes, pour enfin faire un tri et retenir uniquement l’essentiel. C’est de cette façon que ce Sleevup est né, petit à petit, brique par brique, à force d’essais, d’échecs et finalement de réussites.

À mesure que mon programme se constituait, que je le pratiquais, j’en ressentais les bienfaits. Je prenais le travail avec plus de recul et j’étais moins stressé. Je retrouvais la motivation de faire de l’exercice, et cela se voyait physiquement ; et ça me motivait davantage.
Autour de moi, mes amis, mes collègues, me demandaient ce que je faisais pour avoir cette forme avec un tel rythme de vie, ou simplement comment je trouvais le temps de faire des activités après le travail.

J’étais parfois surpris moi même de mes progrès.
Pour vous donner un exemple concret, je me suis essayé à une séance de « spinning », une discipline qui consiste à pédaler sur un vélo de salle de sport à une intensité élevée. (pendant 45 minutes, dans ce cas concret)
Lors de ma première séance, j’avais vraiment dû m’accrocher pour terminer cette séance infernale.
Je ne voulais pas abandonner, pas question ! Le vélo c’est quand même mon truc !
J’ai mal en y repensant !!
3 mois plus tard, me revoilà, avec le même coach, dans la même salle avec un vélo identique. Je voulais à nouveau repousser mes limites, me prouver que je pouvais « m’arracher » pendant 45 minutes.
Je n’ai jamais pédalé aussi fort ! Mais j’en avais encore sous le pied, je pouvais accélérer, et là : « Time !! » la séance était terminée.
Et vous savez quoi ? J’étais presque frustré ne n’avoir pas pu me dépasser !
J’aurais bien enchainé avec la séance suivante.
Mais au moins, j’avais pris la mesure d’un nouveau potentiel, je me sentais confiant, j’étais passé à un niveau physique plus évolué !

Je n’avais suivi, dans cet intervalle de 3 mois, d’autre entrainement que celui que je m’étais « bricolé » et qui constitue le noyau de Sleevup aujourd’hui.

Avant cela, l’orsque j’étais à Dubai en qualité d’ingénieur projet, ma plus grande difficulté, « l’étape à franchir » concernait la prise de parole en public, je redoutais cet instant encore plus que de revivre ma première séance de spinning.

J’ai toujours eu horreur de parler en public, comme beaucoup de gens…

Mais c’était important professionnellement parlant, et je ne pouvais pas me défiler !
Alors plus tard j’ai décidé d’intégrer le Toast Master International de Buenos Aires, un organisme d’apprentissage d’élocution publique en quelque sorte.

Un jour, alors que j’allais donner mon discours et que l’on m’a présenté à l’audience, je me suis directement concentré sur ma respiration en utilisant des techniques de méditation ; ça m’a calmé instantanément. La pression ne m’a pas quitté, mais je sentais que j’avais un « contrôle » sur elle, je pouvais la gérer, la surmonter en tout cas…. Et j’ai gagné deux fois le prix du meilleur discours.
Je n’en revenais pas, c’était, depuis toujours, ma bête noire.

Je pourrais vous écrire des pages entières sur les changements dont j’ai fait l’expérience, je pourrais vous parler de ma concentration ou bien du fait que je n’ai plus eu mal au dos depuis une éternité (ce qui a toujours été un problème auparavant), mais nous sommes tous différents, et avons chacun notre direction à suivre.
Et quelle qu’elle soit, j’espère que Sleevup va vous aider autant que ce qu’il m’aide au quotidien, sur des points divers et variés.
On se construit à travers ce que l’on fait quotidiennement et quels que soient nos besoins, nos envies ou nos problèmes, tout finit par se débloquer si l’on persiste à être efficace.

Sleevup est fait pour consolider et équilibrer nos bases physiques et mentales, et elles sont les mêmes pour tout le monde !
C’est à chacun ensuite de construire sur ces fondations, en fonction de son métier, sa pratique sportive, ses loisirs, ses rapports sociaux etc…

Voici donc une base qui vous permettra d’utiliser pleinement votre potentiel, et également d’améliorer vos qualités intrinsèques.

La performance à un certain stade n’est plus question de technique.
Nos facteurs limitants ne sont pas la technique ni l’expérience, mais les capacités physiques et mentales.
Si l’on prend l’exemple du sport de haut niveau; l’entrainement n’y est plus basé sur la technique à proprement parlé, mais en grande partie sur la préparation physique et mentale du sportif.
A quoi bon être le plus fin technicien si vous n’avez pas les qualités physiques pour exprimer votre technique ?
A quoi bon être le plus doué si vous n’êtes pas mentalement prêt pour la victoire ? Si vous n’en avez pas la volonté profonde, et si vous ne vous êtes pas fait à l’idée que, même si vous êtes le meilleurs, vous pouvez perdre à tout moment, sur un détail.
Ce détail, c’est la différence entre un vainqueur et un champion.

Réduire ses craintes, améliorer ses performances, retrancher le superflux…
Le reste n’est que technique, automatisme, précision…
Améliorer son potentiel d’action c’est aussi améliorer son potentiel d’apprentissage.

Quand j’ai réalisé que le problème que j’avais relevait plus de la généralité que du cas particulier, et que mon programme pouvait contribuer au bien-être de mon entourage, j’ai redoublé d’effort pour l’améliorer, le compléter et le simplifier.

Si vous vous reconnaissez à travers certains points de mon histoire, vous êtes sur le bon site !

C’est par passion pour la vie, par conscience de son importance, au dessus de tout autre chose, que nous nous devons d’en savourer les moindres instants, au maximum de nos possibilités.

Nous sommes des étudiants de la Vie qui apprenons de nos expériences et essayons, chacun à notre niveau, d’en faire profiter nos semblables. Et c’est exactement ça qui me motive aujourd’hui !

Je vous dis à bientôt

Joseph
Sleevup